Passion Modernistes Podcast Image

Passion Modernistes

A Society, Culture and History podcast
Good podcast? Give it some love!
Reviews
Creators
Lists
Passion Modernistes propose des interviews de jeunes historiens (en master ou en thèse) qui travaillent sur l’histoire moderne, une période historique qui va de la Renaissance jusqu’à la Révolution française (pour être assez généraliste). Une temporalité plus courte que le Moyen Âge mais aussi très riche en transformations de la société et des territoires.

Creators

We don't know anything about the creators of this podcast yet. You can add them yourself so they can be credited for this and other podcasts.

Recent Episodes

Épisode 7 – Virginie et les origines de New York
Saviez-vous que New York était d'abord une colonie néerlandaise ? Et pourquoi la ville s'appelle ainsi ? [podcast_subscribe id="498"] [caption id="attachment_1427" align="alignright" width="325"] Virginie Adane[/caption] Après une maîtrise d'histoire consacrée à la vision de l'Amérique qu'avait l'Europe au XIXème siècle, Virginie Adane s'est lancée dans une thèse, soutenue en 2017, intitulée "Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle. Nouvelle-Néerlande, New York (1630-1730)". Virginie était fascinée par le choix de ces personnes de tout plaquer pour aller vivre sur un continent inconnu et elle voulait se plonger dans les racines de l'Amérique et des colonies. La Nouvelle-Néerlande, terrain peu étudié Colonie fondée à partir de 1624 autour de la vallée de l’Hudson et de l’île de Manhattan, la Nouvelle-Néerlande est une colonie néerlandaise dans un monde colonial anglais, formée autour de la traite des pelleteries. La société coloniale est marquée par sa diversité, faisant se côtoyer des populations européennes, amérindiennes et afro-caribbéennes. À partir de 1664, la colonie connaît un changement de souveraineté, devient New York et est intégrée à l’empire anglais. En un siècle, une société nouvelle a émergé, s’est construite et transformée. Dans sa thèse, Virginie Adane a analysé le rôle des normes et relations sociales entre hommes et femmes dans la construction de cette société et a envisagé la façon dont ces normes et ces relations construisent un ordre social et  informent les échanges marchands. Une nouvelle société américaine La société de Nouvelle-Néerlande est caractérisée, dès les premières années de l’installation coloniale, par sa diversité culturelle et religieuse, ainsi que par la diversité des projets coloniaux. Parmi ces projets, la mise en place d’un peuplement familial pose la question des normes familiales et de genre au cœur de la formation de la société nouvelle. Ces normes constituent l’armature de base de l’ordre colonial et d’une volonté de faire société, par l’imposition, la transposition ou l’adaptation de prescriptions quant au comportement sexué. Pour les administrateurs, la conformité et le respect des normes de genre étaient conçus comme un garant d’ordre social. Du reste, l’aspiration et l’adaptation à ces normes est aussi le fait des des colons eux-mêmes. [caption id="attachment_1429" align="alignleft" width="449"] Novi Belgii Novaeque Angliae… (Carte de la Nouvelle-Belgique ou Nouvelle-Hollande), 1685, par Nicolaes Visscher[/caption] Cet attachement permet de comprendre, paradoxalement, l’apparente violence des rapports sociaux et l’importante judiciarisation des pratiques sociales. Virginie a voulu montrer que la Nouvelle-Néerlande était, au contraire, une société très normée. Avec le changement de souveraineté, les questions de masculinité, de féminité et des rôles et des relations qui y sont associés ont été au cœur du processus de domination et d’imposition d’un nouvel ordre colonial. Elle a ainsi observé une prise en charge plus marquée de la régulation des crimes moraux – prostitution, adultère, mariages dysfonctionnels – dans le cadre d’une société où le contrôle social par la population s’avère moins opérant que celui effectué par les autorités. Une longue thèse de dix ans Pour étudier la Nouvelle-Néerlande, Virginie Adane a du notamment étudier le néerlandais pour se plonger dans les archives, la barrière de la langue ayant retenu beaucoup de chercheurs et de chercheuses avant elle. Grâce à des bourses, elle a pu passer deux ans aux États-Unis pour faire ses recherches directement sur son champ d'étude, rencontrer des sociétés historiques sur place. Retrouvez Virginie Adane aussi dans le podcast MDR qui parle des comédies françaises et le podcast Les rois du monde est stone etc sur les comédies musicales françaises.   Si vous voulez en savoir plus sur le sujet voici quelques lectures que vous conseille Virginie : Jaap Jacobs, The Colony of New Netherland: A Dutch Settlement in Seventeenth-Century America, Cornell University Press, 2009 Russell Shorto, The Island at the Center of the World: the Epic Story of Dutch Manhattan and the Forgotten Colony that Shaped America, New York, Vintage, 2005 [une approche de journaliste plus que de chercheur] Bertrand Van Ruymbeke, L'Amérique avant les Etats-Unis : Histoire de l'Amérique anglaise (1497-1776), Paris, Garnier Flammarion "Champs Histoire", 2016 [un panorama plus général sur l'Amérique coloniale anglaise, incluant des passages sur la Nouvelle-Néerlande] Thelma Wills-Foote, Black and White Manhattan: The History of Racial Formation in Colonial New York City, Oxford, Oxford University Press 2004 Et Virginie Adane a écrit un article sur son sujet de thèse : « Penser le genre en Nouvelle Néerlande au XVIIe siècle : enjeux historiographiques », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Workshops, mis en ligne le 11 juin 2013. Dans cet épisode vous avez entendu les extraits des chansons suivantes : Joe Dassin - L'Amérique New York, New York - On the Town Trevor Jones - Promentory (Bande originale du film Le Dernier des Mohicans) Telephone - New York avec toi Ce très beau générique a été réalisé par Julien Baldacchino (des podcasts Stockholm Sardou, Radio Michel, Bulle d’art…) et par Clément Nouguier (du podcast Au Sommaire Ce Soir).
Épisode 6 – Camille et la noblesse au XVIIème siècle
Qu'est-ce que la noblesse au XVIIème siècle ? Comment se pense-t-elle, comment s'écrit-elle ? [podcast_subscribe id="498"] [caption id="attachment_1357" align="alignright" width="299"] Camille Pollet[/caption] Camille Pollet vient de finir sa thèse sur le sujet "Définir la noblesse. Écriture et publication des traités nobiliaires en Angleterre, en France et en Espagne au XVIIe siècle". A la fois à l'université de Nantes et au Grihl à l'EHESS, il était sous la direction de Yann Lignereux et de Dinah Ribard. Un traité nobiliaire est un livre savant sur le thème de la noblesse, et Camille confie être un des premiers à utiliser ce terme pour différencier des traités sur la noblesse ou des manuels de courtoisie et de cour. Beaucoup de gens au XVIIème siècle ne lisent pas, mais pour ceux qui le peuvent ces traités permettent d'apprendre l'histoire de la noblesse, de transmettre des valeurs et des traditions. "Ces livres ont une fonction sociale indépendamment de leur lecture", comme on peut le voir dans le tableau de Jan van Belcamp (voir ci-dessous), "le livre devient un symbole de noblesse". Le contexte politique et intellectuel au XVIIème siècle Le XVIIème siècle est une époque foisonnante du point de vue intellectuel et de l'écrit, avec des personnalités comme Gallilé, Spinoza, Corneille, Molière, ou encore Cervantes en Espagne. En France est fondée l'Académie française à l’initiative de Richelieu en 1635, et le développement de l'écriture est directement lié à l'affirmation de l’État et de la monarchie absolue. En Angleterre, au niveau politique, deux guerres civiles qui opposent les Stuart au Parlement et à la noblesse. Et en Espagne, le pays connaît une période de déclin, notamment avec la perte du Portugal et de nombreuses révoltes. Ce déclin s'incarne dans la personnalité de Charles II, qui meurt sans héritier, conduisant à la guerre de succession d'Espagne. Dans ces trois pays, la monarchie façonne la noblesse et donne des titres et des droits à la noblesse, avec le Bill of Rights en Angleterre par exemple en 1689, et l'édit de la Paulette en France en 1604. La notion de noblesse au XVIIème siècle Camille Pollet a travaillé sur plus de 160 traités nobiliaires, rédigés entre 1590 et 1715 par des auteurs qui écrivent en français, anglais et espagnol. Et parmi eux on retrouve deux femmes, une anglaise et une espagnole, alors que la pratique de l'écrit par les femmes est mal vue par les moralistes de l'époque. [caption id="attachment_1356" align="aligncenter" width="741"] VAN BELCAMP Jan, Le Grand Portrait, 1646, la famille d'Anne, baronne de Clifford[/caption] Au XVIIème siècle la notion de noblesse est débattue, que ce soit en France, en Angleterre ou en Espagne, il n'y a pas de consensus. Néanmoins plusieurs critères reviennent, comme celui de l'ancienneté, la naissance, les qualités morales... Détail important, un livre publié et imprimé et que l'on peut étudier aujourd'hui est passé par la censure qui s'exerçait alors dans les trois monarchies. Ce sont donc des textes autorisés qui ont du se conformer à la religion et aux principes de l’Église, encore très puissante au XVIIème siècle. En Espagne les procédures de censure peuvent être particulièrement lourdes. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet voici quelques lectures que vous conseille Camille : BOURQUIN Laurent, La Noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2011. BOUZA Fernando, Hétérographies. Formes de l’écrit au siècle d’Or espagnol, trad. Jean-Marie Saint-Lu, Madrid, Casa de Velázquez, 2010. CHARTIER, Roger, La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, 2015. DEDIEU Jean-Pierre, L’Espagne de 1492 à 1808, Paris, Belin, 2005. DESCIMON Robert, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine. Les noblesses à l’époque moderne, n°46-1, janvier-mars 1999, Paris, p. 5-21 (disponible en ligne) DESCIMON Robert, HADDAD Élie (dir.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010. GRIHL, Écriture et Action. XVIIe-XIXe siècle, une enquête collective, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016. JETTOT Stéphane, RUGGIU François-Joseph, L’Angleterre à l’époque moderne. Des Tudors aux derniers Stuarts, Paris, Armand Colin, 2017. JOUHAUD Christian, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000. RIBARD, Dinah, « Travail intellectuel et violence politique : théoriser la noblesse en France à la fin du XVIIe siècle », in AZOULAY Vincent, BOUCHERON, Patrick (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 353-368. SCHALK Ellery, L’Épée et le Sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500 – vers 1650), trad. Christiane Travers, Seyssel, Champ Vallon, 1996. VIALA Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit, 1985. Dans cet épisode vous pouvez entendre quelques extraits des œuvres suivantes : Jean-Baptiste Lully - Les Folies d'Espagne Henry Purcell - Anthems & Hymns Ray Ventura - Tout va très bien Madame la Marquise Ce très beau générique a été réalisé par Julien Baldacchino (des podcasts Stockholm Sardou, Radio Michel, Bulle d’art…) et par Clément Nouguier (du podcast Au Sommaire Ce Soir).
Épisode 5 – Noémie et les mariages à la cour de Louis XIV
Comment se passaient les mariages à la cour de Louis XIV ? Plongez la tête la première dans les festivités et les archives ! [podcast_subscribe id="498"] Dans cet épisode on vous propose un petit voyage mental à la période faste de la cour de Versailles : imaginez la Galerie des glaces du château de Versailles, les chambres somptueuses, les grands jardins... Et bien sûr Louis XIV, un des rois de France les plus connus à travers le monde. [caption id="attachment_1283" align="alignright" width="347"] Noémie Arnaud[/caption] Des mariages à Versailles Dans le cadre d'un master 2 Recherche-Agrégation Civilisation des temps modernes à l’université Paris Sorbonne, Noémie Arnaud a réalisé un mémoire sur le sujet “Des mariages à la cour de Versailles : le cas des légitimés, 1692", sous la direction de Lucien Bély. Elle a étudié les mariages des enfants légitimés de Louis XIV, et plus particulièrement ceux qui se sont déroulés à un mois d’intervalle durant l’année 1692. Il s’agit du mariage du duc de Chartres (le neveu du roi) et de Mlle de Blois II (dernière fille du roi et de Mme de Montespan) qui s’est déroulée les 17 et 18 février, et de l’union du duc du Maine (fils ainé du roi et de Mme de Montespan) et de Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé (princesse du sang), qui a eu lieu les 18 et 19 mars. Des festivités remarquables Dans cet épisode, Noémie Arnaud raconte sur travail sur les dispositions légales des mariages, sur le cérémonial, et les à côtés des mariages, comme les festivités et les repas de noce. A la Cour, le mariage est un évènement capital, tant financier que social, politique et mondain. Les mariages de 1692 s’inscrivent dans la politique de promotion sociale que mène Louis XIV à l’égard de ses enfants légitimés, et plus particulièrement de ses filles, tout en étant un prétexte au déploiement de festivités remarquables, montrant les largesses et la magnificence royale. Les mariages en général, dont ceux de 1692, sont également l’une des facettes de la représentation royale, renforçant à la fois la cohésion familiale – à travers des alliances internes au sein de la famille large – et les liens du sang. Sur le sujet des bâtards de princes vous pouvez écouter l'épisode de Passion Médiévistes sur le sujet, dans la famille des Bourbon à la fin du Moyen Âge. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet voici les conseils bibliographiques de Noémie : [caption id="attachment_1277" align="alignleft" width="383"] Chapelle royale de Versailles © Jean-Marc Manaï[/caption] Sur les mariages : BOLOGNE. J.-C, Histoire du mariage en Occident, Paris, Hachette, 1997. CRESCENZO, R, ROIG-MIRABDA. M, ZAERCHER. V (dir), Les mariages dans l’Europe des XVIème et XVIIème siècles : réalités et représentations, 2 tomes, Nancy, PUN2, 2002. GAUDEMET. J, Le mariage en Occident, Paris, Cerf, 1987. Sur la société du Grand siècle : AVIGNON. C (dir), Bâtards et bâtardise dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, PUR, 2016. BELY. L, La société des Princes, XVIème-XVIIIème siècles, Paris, Fayard, 1999. Sur les représentations et les fêtes : APOSTOLIDES. JM, Le roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, ed. de Minuit, 1981. LEFERME-FALGUIERES. F, Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2007. MOINE. MC, Les fêtes à la cour du Roi-Soleil, Paris, ed. F. Lanore et F. Sorlot, 1984. QUELLIER. F, Festins, Ripailles et bonne chère au Grand Siècle, Paris, Belin, 2015.  Dans cet épisode vous pouvez entendre quelques extraits des œuvres suivantes : Cendrillon (1950) Le Roi Soleil - Vice Versailles L'allée du roi (1995) Frank Sinatra - Love and Marriage Ce très beau générique a été réalisé par Julien Baldacchino (des podcasts Stockholm Sardou, Radio Michel, Bulle d’art…) et par Clément Nouguier (du podcast Au Sommaire Ce Soir).
Reviews
This podcast hasn't been reviewed yet. You can add a review to show others what you thought.

Mentioned In These Lists

There are no lists that include "Passion Modernistes". You can add this podcast to a new or existing list.
Rate Podcast
Podcast Details
Started
Jan 8th, 2019
Latest Episode
Jul 5th, 2019
Release Period
Weekly
No. of Episodes
9
Avg. Episode Length
31 minutes
Explicit
No
Followers

Podcast Tags

Do you host or manage this podcast?
Claim and edit this page to your liking.
Are we missing an episode or update?
Use this to check the RSS feed immediately.